Vous le savez, je suis une adepte des Pratiques Narratives que j’utilise dans les accompagnements individuels et collectifs. Ici, il s’agit de l’accompagnement individuel de Kevin en recherche de sa nouvelle voie professionnelle.

Le travail que nous vous présentons ici est inspiré à la fois de la magnifique démarche « du voyage de vie » que David Denborough décrit dans son livre « Retelling the stories of our lives » (re-raconter les histoires de nos vies) au chapitre « Life as a Journey : Migrations of Identity » (La vie comme un voyage : migrations d’identité) et de la pratique du Témoin Extérieur, formidable occasion de nourrir les histoires préférées des clients, pour créer du sens en renforçant quelque chose d’identitaire.

Nous allons vous raconter une histoire à 3 voix de témoin extérieur résonnant sur un chemin de vie.

Anoush, praticienne narrative dans le rôle de témoin extérieur, Kevin, un client et moi-même, coach praticienne narrative avons souhaité partager une séance de Témoin extérieur à partir du chemin de vie que Kevin avait réalisé préalablement avec moi.

Ce témoignage, vous le trouverez aussi sur le Blog de la Fabrique Narrative et il nous a semblé précieux de le partager car Kevin, le client, a accepté de partager son expérience.

Aussi, vous découvrirez une partition à 3 voix : la voix de Juliette, la coach narrative pour le fil rouge, la voix du client Kevin ainsi que celle du témoin extérieur, Anoush. Ces 3 voix alternent et se font écho.

Chacun des articles a été écrit sans que son auteur n’ait connaissance des autres écrits. Ils ont été compilés dans un second temps sans modification.

1. PRÉAMBULE : KEVIN SE PRÉSENTE

KEVIN, LE CLIENT:

Avant d’expliquer la démarche entreprise, je vais commencer par me présenter et présenter le contexte qui m’a amené à entreprendre cette recherche sur moi-même.

Je m’appelle Kevin, j’ai 37 ans et je travaille depuis des années dans le milieu de l’exploitation et la maintenance sur des centrales de productions d’énergies. Je suis curieux de tout et adore découvrir des nouvelles choses : des pays, des activités, des cultures, des gens, etc. J’ai eu l’occasion et la chance de voyager dans le cadre de mon travail ou par mes loisirs.

J’ai ainsi vécu dans plusieurs villes en France (Bastia, Valenciennes, Lyon, Paris, Brest, Poitiers), mais aussi dans d’autres régions du monde (Guadeloupe, Martinique, Japon, Belgique).

J’ai aussi effectué des voyages au Japon, Vietnam, Mongolie, Irlande, Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne. Et j’ai encore des envies de voyage : la Chine, l’Égypte, les États-Unis, le Canada et dernièrement je commence à me dire qu’un voyage dans les Andes serait à faire.

À côté de cela je trouve aussi particulièrement de l’intérêt à la culture geek et à la culture ludique.

Je suis ouvert et ne juge pas le comportement des gens : j’ai un naturel optimiste, voire un peu naïf.

Vous avez pu voir que le premier trait que j’utilise pour me définir est lié au monde du travail. Lorsque je commence à travailler pour une entreprise, je donne énormément de temps à ce travail : ceci est une motivation intrinsèque. Mais justement je donne beaucoup sans suffisamment me préoccuper de moi-même. Il y a quelques années j’ai décidé de prendre une année sabbatique pour aller apprendre le japonais à Tokyo dans un institut. J’en ai retiré beaucoup de satisfactions et je sais qu’aujourd’hui je parle un peu mieux le japonais qu’il y a 10 ans.

De retour en France, j’ai repris un emploi dans le domaine de la maintenance ; mais après 3 ans et 2 entreprises pour lesquelles j’ai travaillé, j’ai atteint un stade de presque Burn-out. Je m’imaginais invulnérable à ce syndrome… mon corps et mon esprit m’ont montré que non.

J’ai donc décidé d’entreprendre une grande remise en question de ma vie personnelle et professionnelle. J’ai quitté mon travail et ai entrepris un parcours de vie avec Juliette et un bilan de compétences avec une autre consultante.

Pourquoi ne pas avoir entrepris ces exercices en gardant mon travail ? Je n’aurai pas réussi à me donner le temps de réfléchir et à me poser tranquillement, l’esprit obnubilé par les questions professionnelles (même le week-end par les astreintes des équipes). Comme on dit, la goutte d’eau avait fait légèrement déborder le vase, il ne fallait pas risquer de le briser.

2. ANOUSH POSE SON HISTOIRE

ANOUSH, LE TÉMOIN EXTÉRIEUR:

La semaine dernière j’ai vécu une aventure incroyable, j’ai embarqué sur le voilier de Kevin le client de Juliette en tant que témoin extérieur et j’ai vu un coach s’autoriser la double résonance au sein d’une même séance. C’est cette histoire que j’ai envie de partager avec vous.

C’était ma première fois. En vrai. Je crois que c’était également leurs premières fois.

3. QUELQUES MOTS SUR LA DÉMARCHE EN AMONT :

JULIETTE, LE COACH:

Kevin est venu me trouver pour l’accompagner dans la définition de ses envies, de ses forces, de son identité professionnelle pour renouveler son projet professionnel.

Nous avons travaillé en plusieurs temps, un parcours sur mesure qui va d’un questionnement personnel, à la sollicitation des amis et de certains collaborateurs,… et puis, pour clôturer le processus, un chemin de vie. D’abord 3 heures tous les 2 pour faire la synthèse de tout ce qui a muri avant et se projeter dans le futur. Ce jour-là d’ailleurs, lumbago très douloureux s’était invité. Kevin d’ailleurs se sentait bloqué pour avancer sur ses 6 projets qu’il avait définis dans son chemin à parcourir.

KEVIN, LE CLIENT:

Maintenant que vous me connaissez un peu plus, je vais pouvoir vous expliquer la démarche avec Juliette vue de mon point de vue. Je vais commencer par expliquer succinctement les exercices faits pendant les premières sessions avec Juliette pour arriver enfin sur l’expérience du chemin de Vie.

Juliette en tant que coach m’a amené à me poser des questions sur mes attentes, ma vie, mon passé, mes motivations, mes envies.

Nos premières sessions ont été tournées sur des exercices de questions/réponses. Juliette m’a transmis des séries de questions sur lesquelles je réfléchissais, auxquelles je répondais. Ensuite en session, nous regardions les réponses et Juliette approfondissait en me posant des questions complémentaires. Par exemple, quelles sont les activités qui me font plaisir ? Pourquoi ses activités sont-elles importantes pour moi ? Etc…

Ensuite j’ai réalisé un exercice très intéressant : le WHY ?

Juliette a pris contact avec des relations professionnelles pour leur poser des questions sur ma façon de travailler et d’être en contexte professionnel. De mon côté, j’ai effectué des entretiens avec des amis à qui j’ai simplement posé la question : « Pourquoi es-tu mon ami ? » J’ai alors guidé mes amis pour leur permettre de me dire exactement le pourquoi il m’appréciait.

J’en ai retiré une forte impression, car il y a eu un échange très ouvert avec eux : j’ai ainsi pu comprendre ce qui leur plaisait chez moi. Je devinais certains aspects, mais d’autres beaucoup moins. Gentillesse, ouverture d’esprit, dynamisme, optimisme, à l’écoute, de confiance, qui mène ses projets au bout sont les termes ou expressions qui m’ont le plus marqués.

Avec tous ses éléments en tête (issus des réponses des anciens collaborateurs, de mes amis, des questions/réponses, des tests effectués), nous avons alors créé la frise du chemin de vie et nous l’avons couchée sur le papier. Cette frise représente mon passé (mes expériences passées, mes inspirations, etc..), mon état actuel avec les outils/qualités/forces que j’ai à disposition, et mon futur avec les projets qui pourraient me faire vibrer.

Suite à la réalisation de cette frise, nous avons pris rendez-vous avec Anoush qui a accepté d’être le témoin extérieur de l’exercice. J’en profite d’ailleurs pour encore la remercier à ce sujet.

Je ne connaissais pas Anoush et donc elle découvrait ma vie sans aucune information me concernant.

L’idée était que je lui présente la frise en présence de Juliette et qu’elle comprenne ma vie et ressente ce qui me faisait vibrer.

ANOUSH, LE TÉMOIN EXTÉRIEUR:

Je ne savais que peu de chose de Kevin : il avait quitté son entreprise à son initiative et avait entrepris un travail de « reconversion » avec Juliette, il avait fait une séance sur son chemin de vie, et quand il avait fallu démarrer le chemin à parcourir il avait buté : il était face à 6 envies, idées… et ne se sentait pas capable de choisir, à la place un lumbago s’était invité ! Juliette avait senti qu’un témoin extérieur pourrait être utile, et me l’avait proposé. J’avais immédiatement accepté.

JULIETTE, LA COACH :

J’ai proposé alors à Kevin de présenter ce travail du chemin de vie à Anoush, en me disant que les résonances viendraient renforcer, surligner et ancrer ses découvertes. J’avais déjà eu l’occasion d’expérimenter le protocole du témoin extérieur 2 fois et j’avais été très touchée de la beauté, de la force et de la puissance de ce moment.

4. LE TÉMOIN EXTÉRIEUR, PREMIÈRE RÉSONANCE SUR LE CHEMIN PARCOURU

JULIETTE, LA COACH:

Le jour J, j’accueille mon client, je lui explique de nouveau le déroulé, je valide bien avec lui qu’il est à l’aise et OK pour partager son chemin de vie. Je lui explique mon rôle, celui d’Anoush et Anoush arrive.

Il y avait quelque chose de touchant d’abord d’ouvrir notre cercle de 2 à Anoush, de l’accueillir pour partager ce qui avait pris forme dans notre binôme. Comme si on présentait un bébé à la lumière.

ANOUSH, LE TÉMOIN EXTÉRIEUR :

Je suis entrée dans la pièce et tout de suite je me suis senti le témoin extérieur d’une relation qui était existante. J’ai senti que c’était juste, que ma place était claire.

JULIETTE, LA COACH:

Je prends soin de bien expliquer à Anoush devant Kevin comment nous allons procéder : Anoush n’est pas là en tant que coach, ni experte, ni pour juger, ni conseiller, ni commenter, mais pour résonner, répondre aux 5 questions que je partage d’ailleurs dès ce moment-là. Elle est au service de Kevin. C’est aussi ce que j’aime dans les pratiques narratives : le praticien partage ce qu’il fait, explique et embarque son client aussi à ce niveau-là. Il construit les bases d’une alliance respectueuse au service de.

J’avais décidé de faire le processus 2 fois : une fois sur le chemin parcouru et une fois à nouveau sur le chemin à parcourir, car passé et futur ne se confondent pas, ils répondent à des logiques différentes, l’un se nourrit de l’autre.

Nous voilà partis. Je n’ai qu’à tenir le déroulé, poser quelques questions à KEVIN qui a un plaisir manifeste à raconter. J’ai la chance d’entendre de nouvelles histoires, j’entends de nouveaux liens se tisser, j’entends des chemins identitaires prendre encore plus de force. J’ai l’impression d’être la spectatrice d’un spectacle bien vivant !

KEVIN, LE CLIENT :

J’ai sorti la frise que nous avions appelée « En Route pour une nouvelle aventure ! » et je l’ai expliquée. Nous ne sommes pas rentrés dans tous les détails, car l’idée était de puiser dans les éléments forts qui ressortaient de la frise et surtout de l’explication que j’en faisais.

ANOUSH, LE TÉMOIN EXTÉRIEUR :

Juliette a proposé à Kevin de me raconter son chemin (de vie), en commençant par le titre — « En route pour une nouvelle aventure » et quand il a commencé à parler, j’ai immédiatement embarqué sur son voilier et nous avons mis les voiles. Son client était bavard (Kevin avait admis être bavard) — il avait envie de tout raconter. Comme une excitation face à ce deuxième œil (d’amour) qui s’invitait. Juliette avait pris un grand soin de me présenter non pas comme une experte, mais comme un témoin curieux et à son service. Le protocole avait été posé.

JULIETTE, LA COACH :

Pourtant, il est un peu difficile pour moi dans un premier temps de laisser Anoush là, qui écoute, sans s’adresser directement à elle. Kevin sait qu’il parle aussi pour Anoush tandis que la conversation narrative s’engage entre lui et moi. Je sens Anoush en témoin extérieur qui reçoit tout cela. Et je me demande comment elle vit cela, comment ça lui parle, si ça ne fait pas trop…

Puis je me tourne vers Anoush. C’est le temps de la première séquence témoin extérieur, avec les 5 questions, la magie opère. Les mots émergent, les images se répondent, les résonances s’amplifient.

Le « Bon » de Kevin devient « Bonté » dans la bouche d’Anoush et Kevin préfèrera d’ailleurs ce mot qu’il retiendra. 3 ou 4 mots représentant des valeurs choisissent d’émerger avec force, telles des évidences, telles de lignes de force qu’il ne serait plus possible d’oublier. Anoush partage ce qui l’anime suite à cette écoute flottante, K devient de plus en plus curieux de lui, d’elle.

KEVIN, LE CLIENT :

Anoush m’a donc écouté pendant environ 10-15 minutes sans parler. Juliette intervenait de temps en temps pour recadrer la présentation (il m’arrive de digresser…).

Ce moment fut intéressant, car vous partagez une partie de votre vie avec une personne complètement inconnue. J’avais certes aussi partagé ma vie avec Juliette, mais sur plusieurs sessions : nous avions donc pris le temps de nous connaître. Dans ce cas, Anoush devait capter l’essentiel de ma vie et réussir à l’analyser le temps d’une discussion. N’étant pas particulièrement timide et ayant un peu répété cette présentation avant, cette partie de l’exercice fut simple pour moi.

Suite à cette présentation, Anoush a pris la parole pour décrire sa vision vis-à-vis de l’histoire que je lui avais racontée. J’ai écouté attentivement Anoush afin de comprendre ce qu’elle avait ressenti. Le moment fut intense, car elle a ressorti les éléments qui me faisaient vibrer. De nombreux éléments dont elle parlait avaient déjà été identifiés avec Juliette, mais le fait d’avoir une personne qui ne me connaît pas, mais qui parle de ces éléments était marquant. Elle a utilisé des images fortes comme par exemple le navire et son capitaine ; ces images étaient liées à des aspects de ma vie : le voyage, l’envie de découvrir, le fait de piloter sa vie…

D’autres termes sont ressortis comme la bonté, l’humanité, l’utilité qui sont des aspects forts de ma personnalité.

Enfin Anoush a parlé d’un autre point qui l’avait marqué dans ma présentation : le jeu et les autres univers. En effet le monde ludique et le monde imaginaire sont très forts dans ma vie ; je suis un joueur de jeux de société, de jeux de rôle, de jeux vidéo. Je lis des œuvres de SF et d’Heroic Fantasy. Au travers ces médias, je découvre des nouveaux mondes, je partage des aventures, je rencontre des gens, j’analyse des situations et des comportements. Elle avait saisi cette composante de ma personnalité.

Suite à ce retour d’Anoush, je fus invité par Juliette à reprendre la parole et à donner mon ressenti sur ce qu’Anoush avait dit sur ma présentation et sur ma vie. L’exercice est peut-être la partie la plus compliquée pour moi, car même si j’avais écouté attentivement Anoush, il me fallait synthétiser et intégrer les éléments entendus. Mais force est de constater qu’en devant « rapidement » parler de ce que l’on a entendu, on ressort les points qui nous ont marqués.

Ainsi les mots et images qui restèrent vifs dans mon esprit à la fin de l’exercice furent : le Capitaine qui voyage et qui traverse les tempêtes de la vie, le jeu qui permet d’échanger avec les autres, la découverte des mondes et des autres, les principes d’Humanité, de Bonté et d’Utilité.

ANOUSH, LE TÉMOIN EXTÉRIEUR :

Plusieurs mots se sont invités immédiatement sur le voilier : racines, voyages, curiosité, marin, breton… et au détour du cinquième ou sixième mot qui embarquait j’ai commencé à drifter légèrement. Une pensée s’est invitée, « vais-je arriver à suivre les flots de paroles », « nous ne sommes qu’au début du chemin, il parle, il est passionné, bavard ». Juliette pose une question, puis une deuxième et le tissage démarre, paysage de l’action, paysage de l’identité, épaississement, fines traces, tout est là et j’en suis le témoin. Kevin prend vie, il est curieux de sa vie, curieux de me raconter ce qu’il amène ici, il pose une valeur, il retient une qualité, et retrouve une compétence, comme si tout prenait sens, tout prenait place, et là je souris intérieurement.

Mon écoute est flottante, les mots viennent s’accrocher et me toucher naturellement. J’en note certains pour les offrir à Kevin, je sais pour quoi et pour qui je suis là aujourd’hui. Alors ils s’accrochent, sans effort aucun, je sais que je vais retenir ceux qui résonnent. Bonté, ténacité, intégrité, confiance, humilité, résistance, cap, vision, lien, calme.

Quand Juliette se retourne vers moi pour m’interroger, ils sortent sans retenue, comme si j’étais simplement un canal de retransmission et de vibration. Je re-narre l’histoire qui vient de m’être narrée, ce qui est venu me toucher, ce qui est venu me faire bouger. Je prends la pleine mesure de ce que « moved » signifie, être touchée pour faire un pas de côté ou en avant, en tous les cas ce léger déplacement qui fait que l’on est plus tout à fait à la même place d’avoir été le témoin résonnant d’une histoire.

L’expérience est réelle et quand Juliette se retourne vers Kevin pour lui poser les quatre questions, je pense que nous sentons toutes les deux la puissance de ce que cela produit pour lui. Simple et puissant. Une pause s’impose à lui et il rebondit sur mes mots. Intégrité, bonté et humanité sont venues le fouetter en pleine face. Une évidence pour lui. Il parle de l’image du voilier — il se voit plutôt comme un navigant sur une mer agitée, mais reconnait qu’il « sait » où il va. Il se dit qu’il n’est pas du tout marin et au détour de cette phrase, un souvenir revient qu’il n’avait pas mentionné avant — quand il était petit il voulait être pilote. Et aussi faire le bien dans le monde.

De fines traces, en exception, la pelote ne cesse de s’épaissir.

Je suis là, j’écoute Kevin continuer à plonger dans ses histoires préférées, en souriant, tant sa mission de vie semble s’éclaircir devant lui.

5. ET LE TÉMOIN RÉSONNA 2 FOIS :

SUR LE CHEMIN À PARCOURIR JULIETTE, LA COACH :

Puis c’est le temps de la 2e passe sur le chemin à parcourir. Tout naturellement, les 6 projets que Kevin portait jusqu’à présent se clarifient pour se concentrer sur 2 ou 3. Il peut ainsi en toute fluidité opérer des choix qu’il était difficile de faire jusqu’à présent. Dé-bloqué !

Kevin sait maintenant qu’il veut tenir son rêve d’enfant, « faire le bon pour l’humanité ». Il sait aussi que pour cela il veut avoir de l’impact, que le résultat soit tangible. « Intégrité » et « curiosité » seront toujours là pour l’épauler, son regard pointé vers de nouveaux horizons, de nouveaux pays.

ANOUSH, LE TÉMOIN EXTÉRIEUR :

Je pense que mon « travail » est fini, mais c’est sans compter sur la pertinence et l’audace de Juliette qui demande maintenant à Kevin de poursuivre et de narrer son chemin à parcourir et je comprends que je vais résonner sur la résonance.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit à mon sens. Permettre au client de partir remonter son chemin avec l’ancrage, la lumière de ce qu’il souhaite embarquer avec lui et avoir à nouveau un témoin extérieur pour résonner sur ces projets de vie afin que ceux-ci s’épaississent, trouvent des échos. Les 6 projets qui apparaissaient peut-être sans sens ont pris toute leur dimension lors de ce deuxième tour. Les liens, les priorités, les têtes de chapitre, les nouveaux horizons (essentiel au Breton). Et il ne restait finalement plus que 3 projets ! L’image qui est apparue à Kevin à l’issue de ce second témoignage : des pièces de puzzle dont l’image est en train de se dessiner.

Whaouh… Le témoin qui résonne deux fois, c’est puissant !

Je suis sortie en laissant Juliette avec son client. Dans la rue, malgré l’orage qui menaçait, j’ai repensé à cette phrase que j’avais écrite pour décrire les pratiques narratives « Dire au revoir à ses histoires dominantes de problème pour dire bonjour à ses histoires et ses identités préférées. » et j’ai souri.

6. CHACUN SA CONCLUSION AVEC QUELQUES RÉSONANCES :

JULIETTE, LA COACH :

Ce que je retiens de ce voyage : c’est comme une accélération de la clarification et un soutien puissant au discernement. Les résonances disent beaucoup au client, elles arrivent comme cela, il les prend, ou pas. Mais quand il les prend, il s’en nourrit et elles l’étayent. Il y a une connexion profonde, de cœur à cœur, de cœur à cœur qui 30 minutes avant ne se connaissaient pas.

Il y a de belles émotions : des ponts inattendus qui se présentent, qui touchent tour à tour chacun des acteurs. Il y a de l’émerveillement. Il y a du cœur et de l’humanité à n’en pas douter.

J’ai un sentiment de gratitude à l’égard des pratiques narratives, car elles permettent tout simplement de porter un regard narratif d’humanité sur les histoires de nos clients pour faire éclore toutes les potentialités. Et plus largement, la qualité du lien qu’elles permettent ouvre le chemin de magnifiques transformations.

Merci

KEVIN, LE CLIENT :

Ces mots et images retirés de cet exercice m’ont éclairé. J’appréhende dorénavant les projets et les offres d’emploi en me demandant s’ils sont cohérents avec ce qui me fait vibrer.

Maintenant je dois encore travailler sur moi et me donner le temps de tout mettre en place.

Une des images fortes qui est ressortie de l’échange avec Anoush et Juliette est liée au jeu : « Toutes les pièces du puzzle sont présentes sur le tapis et il faut maintenant les emboîter pour que l’image de ma prochaine vie soit complète ! » Donc la balle est dorénavant dans mon camp et il faut juste remettre le navire en route dans la bonne direction !

Encore merci à Juliette et Anoush de m’avoir accompagné dans mes errances narratives !

ANOUSH, LE TÉMOIN EXTÉRIEUR :

Que conclure ?

… que le témoin extérieur est un cadeau incroyable. Pour nos clients évidemment, mais pour nous aussi. Je ne résonne pas seule, c’est parce que j’accepte d’entrer en lien avec l’autre que je peux le regarder avec l’œil de l’amour, qu’il me touche, que je le touche.

… que je veux saluer la pertinence de ce double témoignage lors d’une séance de chemin de vie qui ancre à la fois l’histoire préférée et donne de l’épaisseur aux histoires de projet.

Par Juliette Vignes, Anoush Kevorkian et Kevin Abily.